Interpellations | Communiqués | Actions | Documents de référence | Photos |

Archives : juillet 2008

Quel tram pour Liège ?

Conférence de presse d'urbAgora, 22 juillet 2008

PDF - 1.3 Mo

L’association urbAgora, née à la suite de la pétition « Oui au tram ! Non à l’autoroute ! », a rendu public aujourd’hui un premier état des lieux de sa réflexion concernant la construction d’un tram liégeois. Vous pouvez télécharger le dossier de presse en cliquant sur l’icône ci-contre.

Plus d’info sur le site d’urbAgora.

Masse critique le 5 juillet

Rendez-vous le samedi 5 juillet, premier samedi des soldes, à Liège et à Bruxelles pour une masse critique défendant l’idée que la solution au problème du « pouvoir d’achat » ne se trouve pas dans la réduction de la fiscalité sur les énergies fossiles ou dans la subvention aux comportements énergivores mais dans un changement profond de notre mode de vie et dans une meilleure répartition des richesses. Dans cette optique, le rôle des pouvoirs publics est à notre avis de faciliter la transition vers des façons d’habiter, de se déplacer, de produire... moins énergivores, de façon à faire cesser à moyen terme notre dépendance aux énergies fossiles. Plutôt que de subventionner le mazout, les pouvoirs publics devraient financer un plan d’isolation des habitations ; plutôt que de défiscaliser les carburants (...)

Roulons pour le « pouvoir d’achat »,... mais à vélo !

Carte blanche parue dans le journal Le Soir, 5 juillet 2008, par Michèle Gilkinet, Réginald de Potesta de Waleffe, François Schreuer, Claire Scohier, Pierre Eyben, Véronique de Potter, Jean-Baptiste Godinot, Bernard Dehaye, Tom Grimonprez

La baisse du « pouvoir d’achat », qui est pour le moment au centre des préoccupations médiatiques et politiques, est un problème réel pour un nombre croissant de ménages : beaucoup d’entre nous ont de plus en plus de difficultés à payer facture énergétique ou déplacements... sans parler du loyer ou de la nourriture qui sont aussi de plus en plus chers. Pourtant, nous pensons que plusieurs des « solutions » qui sont avancées aujourd’hui dans le débat public n’en sont pas : réduire la fiscalité sur l’énergie ou subventionner la consommation des énergies fossiles ne constituent en rien des réponses structurelles à la crise. On peut comprendre la volonté des syndicats de trouver d’urgence une solution. Mais dans un contexte où la demande de pétrole dépasse l’offre, ces mesures constituent une fuite en avant et (...)